Une pédagogie bien ordonnée qui commence par soi-même

En tant que pratique somatique la Technique Alexander est ancrée dans le vivant et à ce titre toute sa valeur repose dans l’expérimentation, au moment présent, qui se joue dans la relation entre soi et son environnement ou dans l’inter-relation entre personnes. Ce qui place notre pratique dans le cadre bien défini d’une éducation préventive et le professeur de Technique Alexander dans un rôle d’éducateur par le mouvement, concernant l’Equilibre général et la prévention des problèmes de coordination. Les leçons offrent un cadre approprié pour reconnaître et changer des habitudes physiques et mentales qui nous ont amenés dans des dysfonctionnements plus ou moins graves. C’est arrêter de croire que j’ai des tensions pour reconnaître que ma manière de m’utiliser provoque ces tensions . C’est oser devenir le centre de l’expérience ainsi que le centre de ma transformation.

Le constat

Première réalité, nous sommes organisés sur un principe d’unité psychophysique incontournable, c’est à dire que dans toutes nos activités il y a une interaction constante et puissante entre l’activité physique, psychique et relationnelle. Le lien entre ces trois aspects de l’activité humaine se fait continuellement à travers notre qualité d’attention. L’attention de ‘survie’ est l’attention subconsciente, elle est intégrée en nous, et soutient nos automatismes. L’attention consciente est une attention éduquée, elle est nécessaire pour l’apprentissage, l’étude, la connaissance de soi et de son environnement.

Deuxième réalité, comme toutes les autres formes vivantes, nous sommes animés par le processus fondamental et archaïque du mécanisme stimulus/réaction qui nous préserve parfois mais qui a tendance à nous enfermer dans un réseau d’habitudes récurantes, et d’automatismes. Si nous voulons continuer à évoluer, nous transformer, faire de nouveaux choix, nous devons trouver les moyens de faire le pas hors du cercle de l’habitude… pour obtenir la transformation et le changement désiré.

Les moyens

La toute première étape consiste à…

  • RALENTIR pour éviter la précipitation sur le but. Ce principe d’ INHIBITION - clé de voûte de la TA - permet d’ouvrir une fenêtre espace/temps entre le stimulus et la réponse en désamorçant la réaction conditionnée. Cela implique notre totale…

  • PRESENCE au moment présent. En dirigeant et en ouvrant notre ATTENTION dans l’espace de notre environnement - que nous touchons d’une certaine manière et qui nous touche en retour - nous invitons l’ensemble du système (corps/esprit) à s’ouvrir et à s’expandre… Du fait de notre unité psychophysique (interaction constante et indissociable entre nos activités physique, psychique et relationnelle), et du fait de cette expansion de notre attention, nous induisons la même activité d’expansion du corps physique qui devient notre capacité à…

  • Dé-FAIRE ou Dé-TENDRE … Ceci s’apprécie par un changement tonique qui affecte l’ensemble de nos tissus et de la liberté de mouvement qui l’accompagne. Et comme un bonheur n’arrive pas tout seul, nous allons du même coup réguler et ajuster nos récepteurs sensoriels pour cultiver un haut niveau de…

  • SENSIBILITE … dans le sens d’une appréciation sensorielle plus fine et plus fiable de nos expériences et il devient possible d’évaluer la qualité de nos actions en temps réel, et non après coup. C’est à dire de déployer…

  • une pleine CONSCIENCE pour accueillir « ce qui est en train de se passer » réellement. Nous revoyons nos conceptions et reformons nos représentations qui deviennent source d’une pensée en activité pour nous orienter et nous diriger en relation à la réalité du moment présent. C’est le retour à un état permanent et bienheureux…

  • d’ APPRENTISSAGE , sans soucis d’être juste ou faux, sans être fixé sur la fin ou le résultat, sans jugement, mais avec un potentiel d’adaptation et de mouvement en perpétuel renouvellement.

La démarche pédagogique est avant tout pragmatique et expérimentale

S’appuyant sur l’enseignement transmis par Frederic-Matthias Alexander au cours de sa vie et dans ses quatre ouvrages, les leçons de Technique Alexander dispensent un enseignement dans une discipline individuelle particulièrement appropriée pour reconnaître et changer des habitudes.

Matthias Alexander a été un précurseur original, qui ne s’est pas contenté de consigner ses observations et découvertes dans ses quatre ouvrages mais qui nous a aussi laissé une méthode pragmatique d’éducation pour solutionner de façon concrète et expérimentale les problèmes posés par l’Usage de Soi.

Comme il s’agit d’une approche pédagogique où tous les aspects théoriques doivent être traduits et éprouvés dans l’expérience propre de chacun pour être compris, validés et utilisés à bon escient, les leçons expérimentales sont incontournables à la fois comme moyen pour vous donner à évaluer sur vous-mêmes l’impact de ces règles en action et aussi pour vous les présenter de façon compréhensible. C’est une pédagogie qui réclame une pratique expérimentale pour en saisir l’aspect extrêmement concret et toute la subtilité, ou si vous préférez, en tant que pédagogie bien ordonnée qui commence par soi-même, elle vous propose de mettre votre propre organisme psychophysique au centre de l’expérience.

La structure humaine - physique, mentale, émotionnelle – peut être

désorientée ou orientée

avec toutes les conséquences directes sur notre équilibre structurel

et à long terme sur nos fonctions vitales

affaiblies ou optimisées

somatique

La manière de s’utiliser affecte notre fonctionnement dans son ensemble.

Améliorer l’usage de soi – sa capacité d’auto-régulation consciente et posturale – est indispensable

pour améliorer son équilibre général.

Pour améliorer l’usage de soi une démarche volontaire et consciente est donc nécessaire :

apprendre à piloter son propre organisme psychophysique !

Les limitations et les imperfections mentales et physiques des hommes et des femmes d’aujourd’hui les empêchent de faire face de façon satisfaisante à la grande majorité des exigences de leur environnement présent (en changement continuel). Dans une certaine mesure, elles les rendent quasiment incapables de donner le meilleur de leurs capacités dans tout nouvel environnement. Dans la plupart des sphères de la vie normale, l’homme civilisé dépend, comme l’animal, des principes de guidage instinctifs (sensations et émotions) ; face à l’inattendu, toutefois, il est incapable de faire face soudainement aux demandes d’un nouvel environnement. Pour y faire face, il a besoin de la gouverne (ce qui sert de guide) consciente et raisonnée qui est la conséquence de l’habitude de contrôle conscient et qui marque la ligne de démarcation entre le monde animal où l’instinct est le guide, et le règne humain dont les membres sont en communication avec la raison.

FM Alexander "L’Héritage suprême de l’Homme" 1910

En effet, quiconque aura suivi mon exposé jusqu’ici aura inféré la tendance de mon objectif : à savoir que, comme les pouvoirs intellectuels de l’homme s’étendent, nous progressons dans la direction du contrôle conscient.

FM Alexander "Vers un contrôle constructif conscient de l’individu" 1923

Association Au Fil de Soi

7 rue Jean Achard
33230 Abzac

Siret : 423 383 256 00025

Gilles Estran

Danseur

Formateur : Alexander Technique International

06 14 22 53 36